Banque en ligne

banque-en-ligne

L’idée des banques traditionnelles de parrainer la nouvelle génération des établissements financiers en tant que banques mères avec la mise en avant des banques aux services exécutés purement à distance, a finis par renverser les tendances du secteur bancaire. Il est clair que c’est grâce aux banques et groupes suivants : Société Générale, ING, Crédit Mutuel-CIC, BNP Parisbas, Crédit Agricole que les banques Boursorama, ING, Monabanq, Hello bank, BforBank, par rapport aux plateformesréciproquement énumérées, ont posé leurs pas dans l’environnement du marché bancaire.

Cette nouvelle génération des banques est fortement marquée par une politique des services gratuits et des services payants et demandez-vous bien à quel prix ? Cette politique associée à une série d’avantages pour couronner le tout, font sans aucun doute la fierté de ces banques en ligne malgré quelques points négatifs à relever autour d’elles.

Avantages et inconvénients

Deux principaux volets sont considérés comme des atouts favorables pour tout public auquel sont adressées les offres en ligne. Si le premier volet concerne les coûts des services dans tous les sens (prix promotionnels, prix compétitifs, services aux frais nuls ou zéro frais…), le deuxième volet trouve tout son sens dans la flexibilité des services bancaires. A vrai dire, les banques en ligne sont venues casser les prix en faisant la promotion en amant de leurs services qualifiés de peu coûteux. En aval, grâce à leurs taux attractifs, les offres des banques en ligne et les besoins des consommateurs vont tous dans le même sens. Bien que ces produits bancaires soient synonymes d’aisance et ou de tranquillité à l’égard des consommateurs en termes des finances et de gestion des comptes, ces avantages ne sont pour autant pas à la portée de tout le monde puisque ces offres sont limitées. Même si certaines banques ne poussent pas les consommateurs à domicilier leur salaire chez eux, chez d’autres banques par contre les souscripteurs doivent gagner en moyenne 1 200 euros pour qu’ils aient accès à un compte courant et droit à une carte bancaire. Est-ce une façon de dire que les banques sélectionnent leurs consommateurs surtout malgré le défaut du contact physique dans leurs relations avec les clients ? Si certains consommateurs ne demandent pas trop et peuvent se contenter d’un simple appel téléphonique, d’un email ou d’une webcam, alors là il faut se demander jusqu’à quand se contenteront-t-ils des services à distance ? Pour revenir aux critères d’entrée, même si la barre des justificatifs dans les banques en ligne ne sont pas les mêmes (750 euros par exemple pour Monabanq), ces critères peuvent gêner tout de même une tranche des consommateurs peut-être motivés par le désir d’intégrer une banque à cause de ses offres, sans remplir tous les critères.Enfin, s’il y a plus à gagner qu’à perdre, il semble que le choix est clair devant un tel dilemme puisque même dans les banques classiques, tout n’est pas rose surtout qu’on n’enregistre pas tout le temps les plaintes venant des clients.

Services et produits de la banque soumis à une règlementation

Les activités des banques en ligne sont les piliers qui font même les noms de ces banques. Pour en bénéficier, les banques font signer à leurs consommateurs des contrats sous la version électronique ou encore sous la version papier. Sont d’office à l’origine du contrat, les services ou les produits comme : les retraits des liquidités, les ouvertures des comptes, les dépôts des chèques, le coffre-fort en ligne pour certaines banques, l’assurance-vie, les activités de bourse, etc.

De la même manière que les banques traditionnelles font face au respect des normes règlementaires du Code Monétaire et Financier, c’est de la même manière que les banques en ligne sont vouées au respect dudit Code.